Zagreb – last workshop

Sur l’Eurocampus, au sein de l’école française de Zagreb, on achève le dernier workshop ! Les enfants (nés au quatre coins de l’Europe et du monde) sont généreux et enchantés. Un vrai bonheur qui nous donne le courage de ranger pour la dernière fois le matériel de sérigraphie sans tristesse. Et hop, ce matin même, nous quittons Zagreb et nous mettons en route pour la France.

Last workshop in Zagreb was delicious. The kids were great, curious, and very lively. They did a great job! They made the drawings of the aeroplanes, trees, houses, horses and the more surprising: of the motors! Little Michele was keen on all kind of motor so his view of Zagreb was also as a motor… We finish so our tour in the very nice environment of French school. There is a good team working in there and we spent a great time. Thank to all.

Zagreb – la ville

Belle Zagreb ! De grandes collines, des fermes et une sensation d’être dans un village… mais non, on est à quelques pas du centre-ville ! Ville verte, ville agréable.

Zagreb is very green and nice city, it is calm and very European. The centre is easy to walk in, small streets cross the big ones. North of Zagreb is hilly and there are many nice houses. But it is very easy to get lost on the roads which are going up and down and you don’t have so much view… But we handle it great, thanks to our experience on the road!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

From Herceg Novi To Zagreb

On a du mal à dire au revoir à Izabela. Alors, on file toutes les trois vers un bâtiment désaffecté et on peint ensemble. Puis, on abandonne la baie de Kotor et empruntons la route serpentine jusqu’au monastère Ostrog (situé dans les terres monténégrines). En route, on s’arrête devant les magnifiques points de vue et on s’endort près de Danilovgrad où on s’aménage une maison mobile dans une maison abandonnée. La soirée se déroule au son de l’harmonica et des fous rires avec nos voisins d’un soir, Anka, Slobo et leurs deux fils. On se balade ensuite dans les paysages fabuleux du parc Durmitor, rencontrons Dragan, graveur sur bois… seul habitant du coin… Et enfin, on arrive à Gorazde (en Bosnie-Herzégovine), la ville et ses habitants, décrite pendant la guerre par Joe Sacco (journaliste américain). C’est un sentiment étrange de marcher dans une ville qui nous a fait vibrer à travers une histoire déchirante dans une bande dessinée. On reconnaît certaines maisons… On dort là-bas chez des amis qu’on ne savait pas avoir… Svedi et Onur… Puis on s’arrête à Travnik puis à Banja Luka chez Monika et Abdnan, les premiers à nous accueillir lors du début du tour. On se retourne à la frontière et on salue une dernière fois la belle Bosnie.

After a week in Herceg Novi, we finally decided to move. It was hard to say bye again… to Izabela. But we did it with a nice graffiti on the wall of one abandoned house. Than we spent a night in Danilovgrad, drank rakia with Slobo and his wife Anka. No, we did not get married, nor that time, his two single suns! We left for the mountains and they are gorgeous. It was a cold weather that week but the human warmness was at the top of the heat! One more surprising meeting than other: an amazing artist, Dragan, in Trsa lost in the middle of nowhere, living alone and making very nice wood cut,  an architect in Gorazde and we visited again our « old » friends in Banja Luka…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Herceg Novi, en ville et dans les ateliers

On rencontre Izabela avec qui on travaille pendant le workshop. Jeune peintre talentueuse, elle nous immisce dans la vie artistique d’Herceg Novi. On rencontre le graveur Zoran et visitons son atelier et ses démons imprimés, on file au petit festival de bande dessinée où on participe à quelques strip, on découvre le super atelier d’Izabela et de ses toiles colorées ainsi que les différentes galeries de la ville. On finit notre séjour ici dans la super demeure de Svetlana sous l’égérie de Juzina (le vent du Sud orageux, la mer est noire, le vent est là, l’impression suspendue qu’une partie de notre esprit va être emporté par la mer du Monténégro)…

Herceg Novi is very nice city full of stairs. It is good to stay in good physic shape! We met Izabela, and Zoran, and some other artists in here, and they are all gorgeous. They are doing so great things and are very kind. We explored city under the sun, the rain, and even under the huge storm. The end of summer is aproching…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Herceg Novi – workshop

Le comité d’accueil à Herceg Novi est de charme et d’énergie : Stelana et Izabela ! Nous réalisons avec elles l’atelier dans le centre historique d’Herceg Novi, un cadre de rêve à quelques pas de la mer… Les enfants de l’Association Avenir d’Herceg Novi débarquent et s’investissent très rapidement dans le workshop. Ils deviennent autonomes sans qu’on ait eu le temps de se retourner !

In Herceg Novi we had an excellent welcoming in Svetlana’s house. She prepared us delicious meal every day, she talked us about history and mainly, she let us work with very nice and clever youngsters. They were shy at the beginning, but the last day, they handle almost everything alone! They were really great…

From Shkoder to Herceg Novi

On quitte Shkodër et nous nous engageons sur les routes monténégrines. Les hautes montagnes s’enfoncent subitement dans la mer, créant des paysages à couper le souffle. On s’attarde à Sveti Stefan – le petit Dubrovnic du Monténégro – pour découvrir l’un des lieux symboliques du Monténégro. Malheureusement, l’ancien village de pêcheurs est devenu un immense hôtel de luxe privé. Il est donc désormais interdit d’accéder à l’intérieur de l’enceinte. Nous arrivons en longeant la côte et ses criques de pirates dans la baie de Kotor ! Une merveille sans pareil, spécial dédicace à Julia ! On passe les journées à vadrouiller et à trouver de nouvelles plages plus belles les unes que les autres, puis le soir venu on file dormir dans les montagnes aux alentours, à côté d’églises ou dans le campement de médecins suisses avec bergers allemands en vadrouille dans les Balkans.

We took the road on the see side when we left from Shkoder. The roads were much better than in Albania, but the price of traveler’s livinig much higher. Danka made out she is the student of laguages to negociate the prize of camping the first night. In Kotor, both of us tried to convince the guy that we are kids, to got a  lower entry price  for old castel. That did not worked… We had to pay full price. Fortunately, even in Montenegro, there are some « lost » places and we could continue to explore wild country sides and church’s surroundings.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Shkoder – workshop

Un groupe de jeunes élèves en français nous attend à la faculté des langues de la ville de Shkodër. Dhurata Hoxa, de l’Alliance française s’affaire en tous sens à réaliser les examens pour accéder à l’année supérieure. Les étudiants se pressent pour s’inscrire. Une véritable ruche ! Au milieu de cette agitation studieuse, nous réalisons l’atelier avec les jeunes, mélancoliques des vacances achevées, mais heureux de parler français et curieux de découvrir la technique. Christian, l’un des jeunes, nous posa de nombreuses questions et souhaite réaliser son propre atelier ! À suivre !

In Shkoder, we worked at University with teenagers. It was the last week befor the beginning of the school year, so they were a bit tired of holidays, but very courious about silk-screen printing indeed. They did nice work and we left with a new book in our red van.

Shkoder – la ville

Débarquées à Shkodër, nous rencontrons à la faculté de français Renato, étudiant en français, qui nous mène avec un grand enthousiaste dans la cité et ses cachettes. Nous découvrons ses ruelles piétonnes, son musée Marubi caché exposant les premières photos albanaises, le futur musée de la torture (ancien monastère transformé en prison pour les réactionnaires politiques et religieux contre le régime communiste), le musée de la ville avec l’histoire de la création de l’Albanie, ses puces, ses librairies…

Renato, one young student of French language in university where we worked and he became our unofficial guide through Shkoder. Thanks to him, we could see all interesting things and places in the town. We offered him our French books to improve his, already very good French!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Albania (Berat – Siroke)

De Macédoine à Albanie, les routes sont longues et arpentées de trous. On file pas comme le vent mais on avance quand même. On s’attarde une nuit à Berat – la ville aux mille fenêtres – témoignage de l’architecture ottomane en Albanie puis on apprend à vivre le temps au bord du lac Shkodër dans la famille de Tahir et Aphrodita.

Before our workshop in Shkoder, we visited a bit Albania. We went to Berat, as the guide says, the nicest town in Albania. And we get a real, really real rest on the board of the Shkoder Lake in the small village, named Siroka. Danka was improving her Albanian converstaion because nobody spoke any other language there. We made also a game of chess from the stones. Our host, Tahir, was a Champion of chess and we could never win…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Again Macedonia

Du Kosvo, nous filons à nouveau pour la Macédoine. On trace vers le sud-ouest et entamons la tournée des lacs magiques… en particulier celui d’Ohrid où nous passons quelques temps à crapahuter autour de ses criques de pirate et son village antique sur pilotis. On claque nos derniers dinars dans… du poisson ! Le meilleur plat de la route…

To get to Albania, we decided to cross the West part of Macedonia and we have been very pleased to do that. It is so nice country. Maybe our jugement was influendced by the rest time we had there. However, Macedonia will stay in our hearts thanks to its gorgeous country sides and very kind people. We spent our last dinars in delicious lunch (fresh salmon, chips and salad) on the board of the Ohrid Lake.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

%d blogueurs aiment cette page :